Recommandations
La randonnée en général et la randonnée en moyenne montagne procurent des joies, des sensations et des plaisirs inénarrables.
Le risque zéro n’existant pas, il faut prendre toutes les précautions pour pouvoir faire face aux situations critiques et faire en sorte que le plaisir soit gagnant …
Sans tomber dans l’irresponsabilité totale, il est clair que même si les itinéraires décrits sur le  site ont été éprouvés par l’auteur du site, il ne peut être tenu pour responsable d’incidents ou d’accidents qui pourraient subvenir sur ces parcours.
Le danger potentiel est fonction de la saison, du temps qu’il fait et de bien d’autres facteurs soumis à l’appréciation du randonneur, il est seul maître à bord pour  décider de son départ avec ses coéquipiers, pour décider de son parcours et il lui appartient  de choisir.

           Il faut savoir renoncer … C’est le seul conseil que je formulerais.

Il y a bien sûr un minimum de précautions à prendre pour aller en balade en montagne.
Les sites spécialisés fournissent les recommandations exhaustives et indispensables pour assurer la sécurité des biens et des personnes lors des randonnées.
Je ne plagierai donc pas ces sites en détaillant tout cela, je me contenterai d’y renvoyer le lecteur.

http://www.alpes-photos.com/conseils_rando.htm


http://clubalpingrenoble.free.fr/securite.php



Quelques grands principes malgré tout:

·  Avant d’entreprendre : nécessité d’une visite médicale en début de saison (la forme physique est l’une des composantes de la sécurité), nécessité également d’avoir une bonne assurance pour  se lancer en toute quiétude sur les chemins de moyenne montagne et bien entendu s’assurer que les conditions climatiques durant la randonnée seront favorables.
·  Pendant la randonnée : avoir dans le sac à dos les équipements de survie (en termes de repérage, de température, de liquide et de solide)
·  Avoir sur son tel portable les coordonnées des secours en montagne et des personnes à prévenir au cas où …

Indépendamment de ces conseils de « père de famille », je veux ajouter quelques réflexions issues de mon expérience :

·  Les incidents et accidents que j’ai connus se sont produits la plupart du temps à la descente lors du retour de randonnée. C’est pendant cette phase que la fatigue se fait sentir et que la vigilance se relâche,
·  Pour se repérer, le GPS ne constitue pas la panacée universelle, le GPS peut tomber en panne, fournir des renseignements erronés … Ou ne pas fournir de renseignement du tout. Il faut considérer le GPS comme un élément d’appoint. Dans les zones inconnues ou dans les zones à risques il est indispensable de faire le point régulièrement et tracer sa route (comme en mer …). La carte, la boussole et la capacité à les utiliser font partie intégrante des éléments de sécurité,
·  Les décisions prises en état de fatigue ou de stress ne sont pas toujours pertinentes. En cas de situation tendue il faut savoir s’arrêter, souffler, se reposer, manger, boire et reconsidérer la situation avec calme et sérénité.